Actualités

23ème journée du réseau Salmonella

Nous nous retrouverons à Maisons-Alfort (94) le vendredi 27 mars 2020....
Actualités

Nouveau site Internet pour le réseau Salmonella

Vous êtes sur le nouveau site Internet du réseau Salmonella. Il sera amené à...
Actualités

Appel à contribution lors de la journée annuelle du réseau Salmonella

Vous souhaitez intervenir comme conférencier(e) lors de la journée annuelle...

Accueil

Le réseau Salmonella

Il est constitué d’environ 140 laboratoires partenaires volontaires répartis sur toute la France. Il participe à l’épidémio-surveillance des souches de Salmonella non-humaine au plan national et apporte un appui technique aux laboratoires. Ce réseau  est animé par le Laboratoire de sécurité des aliments de Maisons-Alfort appartenant à l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail - Anses.

 
Que sont les salmonelles ?

Les salmonelles sont des bacilles à coloration de Gram négative. Le genre Salmonella comporte deux espèces (S. enterica et S. bongori), l’espèce S. enterica étant elle-même divisée en 6 sous-espèces (enterica, salamae, arizonae, diarizonae, houtenae et indica) sur la base de critères phénotypiques. La sérologie, basée sur la caractérisation des antigènes somatiques (O) et flagellaires (H), permet le classement des sous-espèces en plus de 2 600 sérotypes répertoriés au sein du schéma Kauffmann-White-Le Minor mis à jour par le centre collaborateur OMS de référence et de recherche sur les Salmonella.

Où les retrouve-t-on ?

Le réservoir principal de Salmonella spp. est constitué par le tractus gastro-intestinal des mammifères (porcs, bovins) et des oiseaux (volailles domestiques). Certaines souches peuvent également être isolées d’autres sources, telles que les animaux à sang froid (reptiles, tortues) et les animaux aquatiques (mollusques, poissons). Le réservoir animal constitue la principale source de danger. Les salmonelles présentes dans les matières fécales des animaux, peuvent contaminer les pâturages, les sols et l’eau et y survivre pendant plusieurs mois ; l’environnement peut ainsi devenir une source de danger.

La transmission à l’Homme se fait essentiellement par consommation d’aliments contaminés crus ou peu cuits. La  part de transmission par voie alimentaire est estimée à 95 % pour les salmonelles non-typhiques. La transmission des salmonelles non-typhiques à l’Homme peut aussi être directe, interhumaine ou par contact avec des animaux infectés.

Quelle maladie chez l’Homme ?

Les salmonelles sont une des principales causes  de toxi-infections alimentaires. Les principaux symptômes d’une salmonellose sont des nausées, vomissements, des douleurs abdominales, des diarrhées, des maux de tête, des frissons, de la fièvre à 39-40 °C.

En Europe, 91 857  cas de salmonellose ont été confirmés  par 27 états membres en 2018, chiffre stable par rapport à 2017. Les 5 sérovars les plus retrouvés sont S. Enteritidis, S. Typhimurium, le variant monophasique de Typhimurium, S. Infantis et S. Newport.

S. Enteritidis et S. Typhimurium représentent respectivement en Europe 49,9 % et 13 % de tous les cas humains identifiés.

En France, selon les données nationales de 2017 relatives aux toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) , les salmonelles ont été responsables de 30% des foyers (35% en 2016) pour lesquels l'agent pathogène a été confirmé. En 2017, 89 foyers ont été déclarés reliés aux salmonelles non typhiques affectant 535 personnes, dont 131 hospitalisations. Le sérotype le plus fréquemment identifé est S. Enteritidis (33% des TIAC). Le sérotype Typhimurium représente 16% des TIAC.